Coup de blues ou burn-out ?

coup de blues ou burnout
24 Sep, 2021

Les dimanches soir sont tendus, l’idée de se lever le lundi pour reprendre le travail devient pénible et la motivation est absente… Qui n’a pas déjà ressenti un coup de blues au travail, une lassitude du quotidien ?

Mais comment être sûr qu’un mal-être plus profond n’est pas en train de s’installer ?

Apprenons à reconnaitre les signes pour éviter le burn-out.

Déprime ou burn-out, quelles différences ?

Avant de tenter d’identifier les « symptômes » pour savoir où vous en êtes, il est important de comprendre ce qui se cache derrière ces deux termes.

La déprime représente un état bien souvent passager de perte de moral et de lassitude. Les personnes en état de déprime oscillent entre colère et tristesse et auront tendance à se replier sur elles-mêmes pour traverser un moment de passage à vide.

Alors que dans le cadre professionnel, le burn-out est un état d’épuisement physique, émotionnel et mental lié à une dégradation du rapport d’une personne à son travail. Il entre dans la catégorie des risques psychosociaux pouvant entrainer de très graves dépressions ou autres maladies.

Il s’agit donc de savoir différencier une baisse de moral passagère d’une totale remise en question. Alors que l’une pourra facilement être résolue, la deuxième nécessitera un travail personnel plus approfondi voire des changements drastiques.

Prenez le temps de réfléchir à votre état psychologique pour repérer les signaux mentaux et physiques :

  • Parmi les symptômes du coup de blues, nous retrouvons :
    Désintérêt, laisser-aller et procrastination, troubles du sommeil, manque d’énergie, troubles de l’alimentation, sensibilité aux bruits, migraines, etc.
  • Parmi les symptômes d’un burn-out, nous retrouvons :
    Déni de l’état malgré les signes, hyperactivité et volonté de vouloir compenser par un surinvestissement, perte de repères temporels (jamais assez de temps), instabilité émotionnelle, réactions physiques liées au stress (transpiration, palpitations, nausées par exemple), etc.

Un point sur les risques psychosociaux

Burn-out, dépression, anxiété croissante font partie de ce que l’on appelle les risques psychosociaux ou RPS. Un terme qui commence à être entendu et reconnu comme un mal réel mais dont la compréhension n’en est pas forcément claire.
Selon le ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, les risques psychosociaux sont définis comme un risque pour la santé physique et mentale des travailleurs.

Dans le cadre du travail, leurs causes sont à rechercher à la fois dans les conditions d’emploi, les facteurs liés à l’organisation du travail et aux relations de travail et ce peu importe le secteur ou la taille de l’entreprise.

Il existe six catégories de facteurs RPS :

  • Intensité et temps de travail : lorsque les horaires autant que les consignes et les objectifs sont flous, trop exigeants ou inatteignables.
  • Exigences émotionnelles : lorsque le métier exercé ou la philosophie de l’entreprise exigent de cacher ses émotions de façon excessive et en continu.
  • Manque d’autonomie : lorsque l’on a peu de latitude d’action ou de pouvoir décisionnel. On ne se sent plus acteur de son quotidien, parfois même, cela peut aller à l’encontre de nos ambitions d’évolution.
  • Rapports sociaux au travail dégradés : plus délicat à analyser car reposant sur des facteurs peu ou pas quantifiables. Cela concerne les rapports entre collègues aussi bien que les rapports hiérarchiques et couvrent un large champ allant du déséquilibre entre efforts et récompenses au harcèlement moral.
  • Conflits de valeurs : lorsque la tâche à effectuer ne correspond pas ou plus aux valeurs de celui qui doit l’exécuter.
  • Insécurité de la situation de travail : lorsque le manque d’informations sur sa fonction ou son métier provoque de l’anxiété en continu.

Si vous vous reconnaissez dans ces différents symptômes ou que le doute apparait, l’erreur à ne pas commettre est de se replier sur soi-même.

En parler est essentiel.

En premier lieu, tournez-vous vers les ressources humaines de votre entreprise. Si cela n’est pas suffisant, la médecine du travail et votre médecin traitant sont là pour vous accompagner.

Article complet sur infocep.fr

Autres articles

Connaissez-vous les NEETS ?

Connaissez-vous les NEETS ?

NEETS : Not in Education, Employment or Training = Jeunes ne travaillant pas, ne suivant pas d’études ni de formation. Quels sont les blocages qui...

lire plus
2022, ça vous tente ?

2022, ça vous tente ?

Nous cherchons tous à trouver un équilibre vie personnelle et vie professionnelle. Pour y parvenir, il est important de se poser les bonnes...

lire plus
L’emploi des jeunes

L’emploi des jeunes

Une étude de la DARES (Direction de l'Animation de la Recherche, des Études et des Statistiques) de novembre 2021 s’intéresse aux métiers qui...

lire plus
L’IKIGAI, vous connaissez ?

L’IKIGAI, vous connaissez ?

L’Ikigaï, ou la quête de votre raison d’être L’île d’Okinawa est surnommée par les Japonais l’île aux centenaires. Les gens y vivent plus longtemps...

lire plus
Savez-vous parler de vous ?

Savez-vous parler de vous ?

Les fondateurs de start-up se préparent comme des sportifs de haut niveau pour présenter leur projet auprès d’investisseurs. Les grandes entreprises...

lire plus
Aller au contenu principal